Son nom est Prat. Noilly Prat. Rien de l’indique mais ce vermouth français est l’un des ingrédients fondamentaux du Dry Martini, cocktail préféré de l’emblématique Bond. James Bond. Originaire de Marseillan, paisible hameaux de pêcheurs, Noilly Prat fête aujourd’hui ses 200 ans, entre histoire et savoir-faire. Episode 1 : de 1813 au Mastoro.

SONY DSC

L’histoire débute en 1813 quand Joseph Noilly crée son premier vermouth sec à Lyon s’inspirant des longues traversées maritimes, lorsque les tonneaux de vin étaient entreposés sur les ponts des navires à voiles et exposés aux éléments naturels de la mer et des saisons. L’action combinée du temps et du climat rendait la couleur du vin plus foncée et son goût plus prononcé.

Noilly_Prat_Maison_Marseilan_2

C’est son fils, Louis Noilly, qui recrée ce processus naturel signature de la Maison en faisant vieillir certains vins à ciel ouvert dans des centaines de tonneaux en chêne. Il s’associe à son gendre Claudius Prat en 1855 pour créer Les Etablissements Noilly Prat & Cie à Marseillan et en confie la direction dix ans plus tard à sa fille Anne-Rosine qui, pendant 40 ans, continua à gérer les affaires avec élégance en développant l’export -déjà 130 pays à l’époque- et la réputation de la marque.

Noilly_Prat_Maison_Marseilan_3

Le travail d’Anne Rosine permet à Noilly Prat Original Dry de remporter une Médaille d’Or à l’Exposition Universelle à Paris en 1878, joli cadeau pour ses deux fils Louis et Jean Prat qui gèrent l’entreprise familiale au décès de leur mère en 1902. Cette reconnaissance va amener Martini di Arma di Taggia, chef barman de l’hôtel Knickerbocker à New York, a désigner le Noilly Prat comme un ingrédient de son cocktail « martini », l’un des tous premiers exemples du classic dry martini cocktail, daté de 1911. L’histoire familiale se poursuivra avec la nièce de Jean Prat, la Vicomtesse Vigier, qui présidera la Maison de 1939 à 1970, âgée de 101 ans.

SONY DSC

Aujourd’hui, l’histoire de Noilly Prat est préservée par Jean-Louis Mastoro, Maître de Chai et ultime employé à avoir travaillé avec les derniers descendants de la famille Noilly. Celui que tout le monde appelle El Mastoro transmet avec fierté et humilité ses 40 ans d’expérience aux visiteurs de la Maison Noilly Prat.

SONY DSC

// texte & photos Sébastien Foulard